Objectifs

L’idée est de développer des ruchers urbains loin des zones agricoles traitées de façon intensive.

De créer des cheptels d’abeilles de sauvegarde qui pourront repeupler des zones sinistrées.

D’apporter la nature aux citadins qui pourront découvrir un hobby rémunérateur.

De rétablir une cohésion entre les jeunes et les anciens.

De revaloriser les produits de la ruche qui sont des produits sains et de production locale.

De protéger un environnement qui nous nourrit.

De créer des emplois dans l’apiculture durable.

D’insérer et de reconvertir des sans emploi.

Notre association n’est l’antenne d’aucun syndicat, parti, fondation ou autre entité, le bénévolat est entier,
la liberté d’action totale.
Notre objectif chiffré : 7 000 ruches et ruchettes urbaines
sur l’ensemble du territoire.

Notre action vise à moderniser l’apiculture de loisir, en innovant vers une apiculture associative sociale et solidaire.

soutenez hommes et abeilles
Le rucher associatif urbain type

rucher urbain

Enclos d’un filet d’une hauteur minimale de 2 mètres,
il permet au promeneur de ne pas se retrouver par mégarde dans la zone d’atterrissage ou d’envol des abeilles.

Les abeilles bénéficient d’un espace de 12 à 15 m² au minimum,
le réflexe de revenir à la ruche depuis une hauteur de 2 mètres s’acquiert très vite et les visiteurs quotidiens accolés au filet protecteur, n’inquiètent plus les gardiennes de la ruche.
Extension à l’agglomération de Marseille

Projet « La ruche » Campus de Luminy
Cheptels de sauvegarde et zones sinistrées

Anecdote :

Les incendies (été 2007 en Grèce) ont détruit 20 000 ruches. Dans la configuration actuelle du milieu apicole, combien de temps faudra-t-il pour reconstituer les cheptels ? Combien d’agriculteurs touchés par la perte inexorable de leurs rendements vont déserter les campagnes ? Affaiblissant ainsi l’entretien des parcelles qui du coup seront davantage exposées aux feux de broussailles…

Les prévisionnistes du climat ont vu leurs estimations les plus pessimistes quant à la fonte de la calotte polaire largement dépassées.
La remontée des températures prévue annonce la désertification de pays méditerranéens. Nos abeilles aideront à y maintenir une flore peut-être en évolution quant aux essences, en tout cas permettant aux populations et à la faune sauvage d’y subsister.
Nos abeilles jouent un rôle décisif,
tous les adhérents d’ hommes et abeilles ont une action facile à tenir, intelligente dans sa vocation, utile quant à sa finalité.

Les ruchers associatifs urbains ont la possibilité de développer leur production, sans le souci immédiat de création de bénéfices.
Cela permet d’avoir un travail appliqué à une demande qui peut varier.
Il est aussi facile d’opter pour un élevage de reines, que de privilégier la production de cire ou de miel, la réactivité dans la gestion d’un rucher est impressionnante, un atout pour la réussite de l’association.

Sur une grande agglomération, plusieurs ruchers doivent apparaître, assurant la globalité des productions possibles. Ils verseront le fruit de leur travail dans une ‘ caisse ‘ commune.
Hobby rémunérateur

La pratique de l’apiculture ne prend que peu de temps: 2 à 3 heures pour 2 ruches tous les 15 jours durant 7 mois en moyenne !
L’hiver permet d’approfondir ses connaissances théoriques (tutoriels sur le site, revues apicoles … ), il est l’occasion de préparer le matériel de la saison suivante.
La gestion du temps au rucher de chaque adhérent est facilitée par la présence des autres membres assurant les gestes nécessaires.

Calendrier apicole

La passion est souvent au rendez-vous, si d’aventure un adhérent veut créer son rucher personnel, alors c’est une victoire de l’association, n’est-ce pas le propre des abeilles d’essaimer ?
L’association aura à coeur de préter du matériel, d’aider …
La pleine réussite profitera à la nature, aux espèces vivantes, au bonheur des adhérents.
Cohésion jeunes et anciens.

L’apiculture étant une passion beaucoup d’anciens la pratiquent et aimeraient volontier transmettre leur savoir et avoir des jeunes muscles pour les aider à manipuler les abeilles, soulever les hausses, transhumer…

Leur fréquentation est enrichissante, ils possèdent souvent un calme, un sang froid qui dépassent la moyenne, le calendrier lunaire est leur quotidien, la nature ils vous la feront découvrir.

La jeunesse c’est l’exubérance, la recherche de ses idéaux, de soi-même, peut-être d’une profession. Fréquenter les apiculteurs c’est se donner du recul, de la profondeur pour mieux s’épanouir.

L’avenir peut aussi se concevoir dans la ruralité en France comme à l’étranger; être apiculteur est une bonne carte de visite !

Si d’aventure nous avons pu déclencher votre entrée dans le monde de la pratique apicole, faites nous le savoir, cela nous fera plaisir…
C’est aussi pour nous, la seule possibilité de quantifier réellement notre action, le nombre de ruches qui en découle.

Présentation d’hommes et abeilles