Nourrissement des abeilles : conseils aux débutants

nourrissment d'abeilles

La principale nourriture des abeilles est forcément les nectars et les pollens. Cependant, les abeilles en élevage ne peuvent pas toujours se débrouiller seuls pour survivre. Pour des raisons climatiques ou productives, l’apiculteur a besoin de les nourrir. Le souci, c’est de savoir quel nutriment utiliser pour avoir des abeilles en bonne santé et pour récolter une bonne qualité et quantité de miel. Justement, cet article sera consacré aux conseils de nourrissement des abeilles pour les apiculteurs débutants.

Les nourrissements faits maisons

L’apiculteur procède au nourrissement pendant les saisons d’hiver, de printemps ou quand la ruche est trop légère (on peut la soulever à la main). Il existe deux types de nourrissement : liquides et solides. On peut fabriquer des nutriments d’abeilles liquides à partir d’eau chaude et de sucre. Attention, les types de sucre roux ou blond sont nocifs pour les abeilles. En sus, il faut d’autres additifs comme le vinaigre de cidre, le thym, d’oligoéléments, etc. Pour être efficace, le sirop doit être visqueux. Quand on n’est pas sûr de bien maîtriser le mélange, le mieux est de procurer les nutriments nécessaires auprès des marchands dédiés aux abeilles.

Connaître les bons nourrissements sur le marché

Comme la quantité, la qualité des nutriments compte beaucoup chez les abeilles. Les besoins nutritifs pour avoir des colonies en bonne santé sont les acides aminés, les protéines, les lipides, les vitamines et les antioxydants. Les protéines sont surtout importantes pour la nourriture de la reine et du couvain. Les bons nourrissements doivent donc comporter au moins des protéines. De plus, avec un nutriment de mauvaise qualité, les abeilles risquent de contracter des maladies comme la Nosema, l’Apis, le Loques, … De ce fait, il est conseillé de voir le site beefeed pour bien choisir les meilleurs produits de nourrissements du marché.

Les nourrisseurs désignent les accessoires pour nourrir les abeilles. Il en existe divers types. Les couvre-cadres peuvent rester en permanence sur la ruche. Ils facilitent le nourrissement grâce aux trous. Il existe aussi des nourrisseurs en plastique, placés sur une hausse vide. Ces accessoires sont utilisés pour des nourrissements à petite quantité. D’autres sont placés à l’entrée. L’exposition à la chaleur de ce dernier entraîne une fermentation rapide du sirop. Par contre, ne pas placer à l’intérieur, l’apiculteur peut voir facilement le niveau de sirop restant. Bref, il n’y a pas de bon ou de mauvais nourrisseurs, le but est de nourrir les abeilles de temps en temps sans les déranger.

Comment moins nourrir ?

Nourrir les colonies peut s’avérer coûteux si le nourrissement est trop fréquent. De plus, on apprécie plus les miels conçus à partir d’élément naturel tel que les végétaux. L’alimentation de l’apiculture ne doit donc être entamée qu’en cas de besoin. En effet, les abeilles peuvent parcourir jusqu’à 3 Km pour trouver des pollens et des nectars. L’emplacement du rucher joue un rôle important sur la fréquence de nourrissement. En effet, il est primordial que les abeilles puissent s’alimenter à proximité. Aussi, faut-il de pollens et de nectars suffisant afin de combler les besoins en quantité des abeilles. Pour avoir une idée des cultures autour de la ruche, Google Earth ou Géoportail peuvent servir.